In Love With These Times: My Life With Flying Nun Records

mardi 29 novembre 2016

Dans le genre "Ce livre est génial et personne ne vous en parlera en France à part ce dingo de Santiago" voici l'autobiographie du fondateur du label de rock indé néo-zélandais Flying Nun Records.

Ça s'appelle In Love With These Times: My Life With Flying Nun Records et le monsieur s'appelle Roger Shepherd.

In love with these times

(si vous vous demandez d'où vient ce titre, c'est à la fois une chanson du groupe Nelsh Bailter Space et le nom d'une compilation Flying Nun Records)

Avant de me lancer, voici le début du livre pour donner le ton (oui, c'est en anglais, je traduis comme je peux) :

"I must have been drunk. I had told someone I was going to start a record label.
[...]
I had told someone and the word was out, and now I had to actually do this thing"

(Je devais être bourré. J'avais dit à quelqu'un que j'allais créer un label.
[...]
Je l'avais dit à quelqu'un, le mot avait tourné, et maintenant je devais vraiment faire ce truc)

Ça résume assez bien la manière dont l'ami Shepherd va vous raconter la grande odyssée de cet énorme label.
Avec beaucoup d'honnêteté et pas mal de modestie donc.
A plusieurs reprises, il va se décrire comme un mec sans talent ni flair particulier, un simple "facilitateur" qui a eu la chance d'être là au bon moment au bon endroit (mais oui, c'est ça Roger).

Pour ce qui est du fond, l'histoire du label en elle-même, ça se lit comme du petit lait.
On est fin '70 début '80. Les conditions dans lesquelles le label organise sa production (à l'arrache), sa promotion (à l'arrache) et sa distribution (devinez comment...) sont assez épiques, à l'image de ce que tous ses confrères DIY traversaient dans d'autres pays.
Rajoutez-y un éloignement littéralement aux antipodes, des tremblements de terre, du rugby et vous avez une idée du contexte.

Musicalement et euh démographiquement, impossible de mettre le doigt sur ce qui fait la spécificité néo-zélandaise. Comment avoir autant de bons groupes dans un si petit pays, ce bouquin ne l'explique pas. Tant pis, ça restera un mystère comme l'Uruguay (autant de Coupes du Monde et de Copa America pour si peu d'habitants, c'est bizarre non?).

Compilation

La pochette de la compilation "In love with these times" avec un écran télé rempli de noms de groupes du label

Personnellement, connaissant assez mal les groupes du label (malgré ce petit pas en avant), j'espérais surtout en apprendre un peu plus sur The Clean (dont j'aime beaucoup le peu que je connais), Tall Dwarfs (que je connais mieux et que j'aime beaucoup) et, bien sûr, le reste du catalogue.
Objectif plus qu'accompli.
Les premiers reviennent régulièrement sur le tapis, ils étaient apparemment une des locomotives du label en termes de vente (j'en avais aucune idée, je les pensais à la marge, même au sein du label. Comme quoi c'est une bonne idée d'ouvrir un livre...).
Pour les deuxièmes, Chris Knox, le chanteur des Tall Dwarfs, revient assez régulièrement lui aussi vu que c'est sur son quatre pistes acheté via un héritage que se sont enregistrés les disques fondateurs de la Nonne Volante.

Pour ce qui est de découvrir des nouveaux sons, ça part dans tous les sens, il faudrait que je le relise avec un ordinateur sur les genoux (plutôt que debout dans le métro) pour pouvoir lancer une recherche et écouter chaque fois qu'il dit qu'un album vaut le coup...

Bref, c'est un excellent livre dans la lignée de celui consacré à Merge Records, il ravira à la fois les fans du label et les néophytes en quête de découvertes.

A bientôt ^_^


Laisser un commentaire