Love Rock Revolution: K Records and the Rise of Independent Music

lundi 18 mars 2019

Aujourd'hui, dans la série "Tonton Santiago lit des livres sur des labels qu'il aime bien", voici Love Rock Revolution: K Records and the Rise of Independent Music écrit par Mark Baumgarten.


Si vous vous posez la question, l'intérêt de ce livre va au delà de ce que vous pouvez imaginer.
A titre personnel, c'est bien plus qu'un complément aux bouquins ayant déjà effleuré le sujet que j'avais pu lire jusqu'ici (la bio de Nirvana écrite par Michael Azerrad et le chapitre consacré à Beat Happening dans Our Band Could Be Your Life du même Azerrad). Et c'est bien plus qu'une bio de Calvin Johnson.

Parce que vous vous en doutez, l'histoire du label épouse bien souvent celle de son fondateur mais, c'est un grand mérite de ce livre, elle permet aussi de voir à quel point c'est surtout l'histoire d'un moment particulier (l'arrivée du punk) et d'un territoire particulier.
Celui d'Olympia, de sa fac pas comme les autres (Evergreen State College) et notamment de sa radio universitaire pas comme les autres (KAOS) où on voit défiler les inconnus magnifiques (Dean Katz, John Foster) et les célébrités en devenir (Bruce Pavitt, futur Sub Pop, qui reprend par exemple le créneau de DJ de Calvin lorsque ce dernier part à Washington DC pendant un an).

En traitant K Records comme une histoire à part entière, et non plus comme un des nombreux affluents de la scène musicale "de Seattle", on obtient un effet semblable à celui obtenu quand on regarde une mappemonde vue d'Asie. Ce qui était déporté sur un côté est maintenant au centre, on reconnaît tout mais plus rien n'est pareil.

Des morceaux entiers de légende punk / indie / alternatif made in USA (Ian MacKaye, Doug Martsch, Kill Rock Stars, les riot grrrl, Nirvana, Beck...) deviennent alors des histoires satellites de la grande histoire de K Records et c'est tout aussi génial de traverser les décennies comme ça.

J'ajoute un atout non négligeable à ce livre qui joint l'utile à l'agréable et au très agréable. A la fin de chaque chapitre de la première partie, il y a des petits encarts/apartés/fiches, appelez-ça comme vous voulez, qui creusent un sujet de manière pédagogique au cas où le lecteur averti ne serait pas si averti que ça.
J'ai que ça à foutre, je vous mets la liste des sujets abordés ci-dessous, avec un peu de chance ça convaincra ceux qui se tâtent encore.

A brief history of The Jam
A brief history of College Rock
A brief history of hardcore
A brief history of Evergeen State College
A brief history of the cassette
A brief history of punk politics
A brief history of Rough Trade
A brief history of punk rock touring
A brief history of zines

Voilà, c'est génial (mais c'est en anglais), vous savez tout, bonne lecture !

(Gros merci à Maxime, croisé à la soirée Exitmusik for a night, de m'avoir parlé de ce livre)


Laisser un commentaire