Riot Grrrls, Chronique d'une révolution punk féministe

samedi 13 avril 2019

Aujourd'hui, tonton Santiago va se pencher sur un bouquin hirsute, un bouquin qui décoiffe, un bouquin qui raconte une révolution sans forcément y accoler la permanente. #introdignedujournalde20h


Ce livre, Riot Grrrls, factuellement sous-titré Chronique d'une révolution punk féministe, est écrit par Manon Labry.

Je ne connais pas cette madame plus que ça mais une recherche google rapide vous apprendra :
- qu'elle est docteure en civilisation nord-américaine
- qu'elle a publié en 2010 pour la revue Multitudes un article appelé Riot Grrrls américaines et réseaux féministes "underground" français (consulter/télécharger)
- que sa thèse de doctorat, datant de 2011, est intitulée Le cas de la sous-culture punk féministe américaine : vers une redéfinition de la relation dialectique "mainstream-underground" ? (consulter/télécharger)
- que le livre qui nous intéresse est publié dans la collection Zones des éditions La Découverte, au rayon Sociologie

Autant vous dire que, sans être un barbare nourrissant une aversion pour les travaux universitaires, il y avait une partie de moi qui craignait la purge de thésard(e), avec tout le jargon qui va avec.

Comme d'habitude, j'ai été médisant. Ce livre est passionnant de bout en bout.
Le volet politique/féministe est, sans surprise, très présent mais reste accessible pour un boeuf dans mon genre. Plus important encore, il restitue tout un contexte que j'avais pas forcément en tête (par exemple, la partie "exposition médiatique" qu'elles ont réussi à hacker de manière spectaculaire mais qui leur est revenue en pleine gueule façon boomerang).
A ce sujet, des pointilleux regretteront peut-être que l'aspect historique/factuel ne soit pas plus fouillé mais je rétorque qu'on aurait probablement gagné en exactitude ce qu'on y aurait perdu en lisibilité.

Pour ce qui est de la musique, elle n'est jamais laissée de côté et on sent bien que la docteure est avant tout une connoisseuse éclairée. J'irais même plus loin, je trouve que ce livre est écrit avec les tripes. Même s'il y a bien quelques termes recherchés par ci par là (j'avoue que quand je suis tombé sur "substructions" et "corticalité" j'ai écarquillé les yeux), le style est bien plus proche du fanzinat et, croyez-le ou pas, c'est à mes yeux un compliment. Ça créée une euh intimité/complicité/fraternité bienvenue avec Miss Labry.

Bref, que vous ayez envie de comprendre, de découvrir ou d'approfondir, ce livre comblera tous vos désirs. C'est un peu cruche comme phrase de fin mais j'ai pas mieux à vous offrir, comme ça au pied levé. Ah si. A la rigueur je peux prendre congé de votre aimable compagnie en vous laissant deux titres parmi tant d'autres que j'adore.

A la prochaine !


Laisser un commentaire