L'autobiographie de Jeff Tweedy

samedi 18 avril 2020

Aujourd'hui, tonton Santiago s'en va pour mieux revenir

Let's go (so we can get back), c'est le titre de l'autobiographie de Jeff Tweedy, le prolifique songwriter de Wilco.

Si vous connaissez le bonhomme, vous devez déjà être plus ou moins conscients que niveau songwriting, on a pas affaire à un perdreau de l'année. Un gars capable de vous pondre des trucs un peu dans ce genre là :

(dans A Shot In the Arm)

The ashtray says, you were up all night
When you went to bed, with your darkest mind
Your pillow wept and covered your eyes
And you finally slept while the sun caught fire

(dans
Ashes of American Flags )

I wonder why we listen to poets when nobody gives a fuck
How hot and sorrowful, the machine begs for luck

Bref, avec un client comme celui-là, si jamais vous avez fantasmé une autobiographie riche en moments "wow", vous avez vu juste. C'est pas que sa vie soit spécialement incroyable, sa carrière l'est indéniablement, c'est surtout qu'il vous tourne ça bien comme il faut pour qu'on ait envie d'en avoir toujours plus.

Et à moins que soyez déjà anormalement calés sur la vie de Jeff Tweedy dans ses moindres détails (si c'est le cas, mais comment faites-vous ?), vous allez forcément apprendre des trucs.

En passant sous silence les quelques révélations sur sa vie privée propres à chaque autobiographie, je vous liste pêle-mêle les nombreuses lacunes "musicales" que j'ai pu combler. Avec un peu de chance ça vous donnera envie de vous y plonger vous aussi :
- les débuts d'Uncle Tupelo (à l'adolescence, je pensais pas que c'était si jeune)
- la dynamique un peu chelou qu'ils avaient avec Jay Farrar
- suite logique du point précédent, la fin d'Uncle Tupelo et les débuts de Wilco
- l'arrivée de Jay Bennett (sa lancinante évaporation du groupe étant tristement et magnifiquement documentée dans le docu I'm trying to break your heart - je pars du principe que vous l'avez vu)

Mais aussi :
- le détail de comment le plan Woody Guthrie / Mermaid Avenue s'est fait
- même si ça sonne cliché pour une autobiographie de chanteur de rock, ses déboires avec l'addiction et l'influence que ça a eu sur sa vie musicale
- le détail des allées et venues des membres du groupe jusqu'à la stabilisation de ces dix dernières années
- le rapport très personnel qu'entretient Jeff avec ses talents de songwriter
- des rencontres qui font chaud au coeur (spoiler alert : Johnny Cash et Bob Dylan entre autres

Et au beau milieu de tout ça, des chapitres dialogués où il échange avec sa femme ou, plus loin, son fils. Ça fait des belles respirations dans la narration puisque le dialogue commente des passages du livre (à base de "J'en reviens pas que t'aies osé parler de ça" ou "Dans mon souvenir, ça s'est pas vraiment passé comme ça")

Bref, c'est une belle vie d'émotions contradictoires et d'intelligence musicale bien racontée. Je vous fais pas un dessin, c'est un chouette bouquin.

Bonne lecture et à bientôt !



Laisser un commentaire