Interview de Steven Spitzberg

mercredi 22 décembre 2010

Les nombreux et heureux propriétaires de Lota Schwager le savent déjà, un clip expérimental basé sur Comeback (part 1 et 2), est inclus dans le CD et visible sur ordinateur.

En voici les 50 premières secondes

Beaucoup parmi vous  nous ont demandé qui était le talentueux réalisateur de cette oeuvre ambitieuse.

C'est Steven Spitzberg.

Pour vos beaux yeux, les quatre membres de Wonderflu sont allés à sa rencontre. On est pas vraiment sûrs que ce soit digne d'intérêt, le bonhomme a du mal à se concentrer et tient régulièrement des propos douteux, mais vu qu'il a menacé notre intégrité physique, on voit pas comment faire autrement.

Si tu devais vendre ton film à un distributeur de films pour adultes, en quels termes le ferais-tu  ?

En thermes de Caracalla. Elles ont toujours été mes préférées, notamment pendant la période post rock romaine

On a cru comprendre que le tournage du film s’était étalé sur plusieurs décennies (NDLR : on voit entre autres des dinosaures et des soucoupes volantes), est-ce que cela t’a posé un problème ?

Oui, en termes de logistique, notamment. C’était difficile à gérer. Heureusement, j’avais avec moi une équipe soudée. Pensez  : un tournage qui s’étale sur 40 années, plus de 100 lieux de tournages, des égos à ménager... Mais c’est aussi des bons souvenirs. La fille d’un collègue est née au début du tournage, est devenue ma femme au milieu de celui ci avant de s’éteindre au clap de fin. Que de souvenirs!

Combien de niveaux de lectures trouve-t-on dans ton film ?

Huit exactement.

Pourquoi ne pas en avoir rajouté un en plus ? Est-ce la volonté du producteur ?

Avec neuf niveaux, je risquais de perdre mon auditoire. De plus c’est le numéro de maillot de Lionel Messi (NDLR: 5 en fait). Et oui, c’est tout à fait la volonté du producteur, c’est un grand fan de football et de toque.

Est-ce que t’as dépassé ton budget pour finir ce film ? Question subsidiaire : est-ce que t’avais un budget ?

En termes financiers, le film fut un désastre. Nous n’avons jamais réussi à rentrer dans nos frais. Rendez vous compte, il a fallu recruter et rémunérer des pirates, trouver un singe géant qu’on a fini par dénicher à Jointville-le-pont, envoyer missives sur missives pour que Môssieur Dracula daigne se bouger le cul et faire sa scène pendant qu’on se gelait les couilles à filmer des extra terrestres. (agacé) Quel con celui là alors!
(NDLR : tous ces éléments se retrouvent effectivement dans le clip. Sisi, zavez qu'à vérifier)

Au final, les critiques ont été catastrophiques et le bouche à oreille très mauvais mais, sur ce dernier point, c'est la mauvaise haleine des spectateurs qui le est plus à blâmer. Cela a totalement ruiné les chances du film et moi au passage. Et pour répondre à votre autre question, non, aucun budget n’a été alloué pour ce film.

Parmi tous les films que tu n’as pas vu, quel est le plus mauvais ?

Je prendrais la question dans l’autre sens. Richard Gasquet a toutes les chances de remporter la coupe Davis avec ou sans l’équipe de France.

Quel est ton assistant-réalisateur préféré ?

Sans hésitation je dirais Franck Provost-Coiffure. Son travail administratif et financier sur des films tels que "on se calme et on boit frais à St Tropez" est à montrer dans toutes les bonnes écoles.

Quel est le premier film que tu aies vu ?

Allo Maman ici bébé. Je me suis tout de suite identifié au personnage

Quel est l’avant-dernier film que t’aimerais voir ?

Putes de luxe2. Je précise que mon avant avant dernier film sera putes de luxe 1 et mon dernier film putes de luxe3 (NDLR : Cette trilogie culte est considérée comme  l'oeuvre fondatrice du mouvement anal hardcore international).

Est-ce que tu savais que Bud Spencer avait représenté l’Italie aux jeux olympiques  de ’52 et ’56 en natation  ?
(NDLR : véridique. Comment voulez-vous qu'on invente un truc pareil?)

Non, vous me l’apprenez. En revanche, saviez vous qu’il avait joué dans des films avec le célèbre joueur de curling Terence Hill?

Ton patronyme me fait penser à quelque chose mais je sais plus quoi. On t’a déjà demandé si tu voulais lancer ta propre marque de bière ?

Effectivement. J’ai voulu lancer ma marque de bière en référence à mon groupe préféré "corona". J’avais le total soutien de président Chirac. Cela n’a malheureusement pas été possible.

Quant à mon patronyme, je préfère ne pas en parler. Sachez juste que je l’attaque aux prudhommes.  Je ne sais pas à quoi il vous fait penser mais pour moi c’est de l’histoire ancienne. Il a dépassé les bornes. Il n’existe plus.

Sinon, la musique de ton film est chouette. C’est de qui ?

Alors là, je vais vous étonner. C’est un chant traditionnel croate. Les Beatles avaient tenté à leur époque d’en faire leur propre version mais avaient du renoncer devant la complexité du morceau. Un jeune groupe (NDLR : c'est nous, Wonderflu) s’y est  essayé en 2009 sans plus de succès. C’est néanmoins la version qu’on a retenu.

Le mot de la fin ?

Vous plaisantez?! Je refuse de répondre à ce genre de questions. (agacé) Vous avez pas mieux? (Il souffle et rue dans les brancards avant de quitter la salle dans une nuée de jurons et de gestes obscènes).


Laisser un commentaire