NOFX : Baignoires, hépatites et autres histoires

jeudi 15 août 2019

Aujourd'hui, le petit Santiago va vous parler d'un livre qui l'a bien secoué.

Ce livre c'est l'autobiographie de NOFX mise en forme (et/ou rédigée, j'avoue ne pas avoir trop cherché à comprendre) par Jeff Alulis.

Comme toutes les autobiographies de groupes que vous avez pu lire, il est question de débuts ingrats, d'ascension, de gloire et succès, de problèmes personnels et de galères diverses et variées. Là où ce bouquin se distingue violemment, c'est dans la forme et sur le fond.

La forme est assez simple mais redoutable. Un chapitre par membre de groupe à la fois et autant de fois que nécessaire. Un truc du genre Mike, Melvin, Smelly, Mike, Hefe, Smelly, Hefe, Mike, etc. Pas de remise en contexte ou d'avis éclairé, que de la première personne au singulier.

Le fond quant à lui est fidèle au descriptif fait par Mon Cul (le célèbre label au nom de postérieur s'est improvisé éditeur/traducteur sur ce coup là et c'est pas un coup pour rien) :
"Les fans tout comme les non-fans pourront être choqués par ces histoires de meurtre, viol, suicide, addiction, fausse-monnaie, émeute, bondage, maladie incurable, euthanasie, yakuza et dégustation d’urine."

En plein dans le mille. On se marre souvent, on se gratte la tête en se demandant si c'est vraiment arrivé, on bade avec eux, on hallucine, etc.
Puis arrive la page 88. Je vous avoue que là, c'était le coup de pied au bas-ventre. Tout devient subitement archi glauque. Ce qui est raconté. La manière dont c'est raconté. Brrr. Traitez-moi de chochotte, j'ai bien dû laisser passer deux trois semaines avant de m'y remettre :/

Au final, on tient peut-être là le grand roman américain de la fin du XXème siècle. Même si c'est pas un roman. Même s'il a pas été publié au XXème siècle. Oui, c'est pas la mauvaise foi qui va m'étouffer.

Cet impossible mélange de Jackass, Trainspotting, Requiem For A Dream et Les Chiots (Mario Vargas Llosa, prenez des notes, c'est l'instant "culture noble" de ce post), oui cet impossible mélange il est à vous si vous le voulez, si vous le pouvez, et si vous y tenez. Et à ce moment là, c'est à vos risques et périls. Et c'est par là.

Bonne lecture ?
Et à bientôt

(ah oui, dernier truc : il est pas tellement question de musique dans ce livre. Je saurais pas dire si c'est un bien ou un mal mais je vous file l'info histoire que vous le sachiez avant)


Laisser un commentaire